Avec le NIFFF, le cinéma fantastique promet de faire frissonner Neuchâtel

Du 5 au 13 juillet, la 19e édition du Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) ne propose pas qu’une compétition internationale de longs métrages. Les diverses strates du cinéma fantastique se déclinent notamment dans des sections baptisées « New Cinema from Asia », « Ultra Movies », « Films of the Third Kind ». Consacrée au nouveau cinéma danois, la section « Danes do it better » promet elle aussi des frissons bienvenus (si la canicule perdure). Cette édition permettra de découvrir, entre autres, les derniers films de Takashi Miike (en sa présence) et Zhang Yimou.

Le film d’ouverture, Le Daim (Quentin Dupieux, 2019), se pose en « comédie absurde » et narre le parcours d’une veste trop courte, à trop longues franges, avec un homme obsédé par le daim (Jean Dujardin, présent pour l’occasion).  En compétition, Yves (Benoît Forgeard, 2019), se glisse dans la même catégorie de l’humour absurde : l’entité principale est un réfrigérateur qui donne son nom au titre. Dans les deux cas, veste et frigo conversent avec les humains, ce qui ne surprend qu’à moitié à l’ère des objets connectés et des machines parlantes. Parmi les premiers spectateurs qui ont vu ces films, à Cannes, certains sont ressortis affligés et morts d’ennui, d’autres se sont lancés dans l’interminables exégèses explicitant tous les ressorts de la satire sociale caustique. Le NIFFF permettra de choisir son camp.

De tels ovnis ne sont pas tout à fait nouveaux : dans L’uomo dei cinque palloni (Marco Ferreri, 1965), Christine (John Carpenter, 1983), I Love You (Marco Ferreri, 1986), Her (Spike Jones, 2013), un homme entretient un rapport quasi fusionnel, qui avec ses ballons, qui avec sa voiture, son porte-clé, ou encore son ordinateur. Sans oublier le pneu-tueur solitaire, héros de Rubber commis par Quentin Dupieux en 2010.

Le film de clôture, Vivarium (Lorcan Finnegan, 2019), semble, quant à lui, s’inscrire parfaitement dans la logique des choix du NIFFF, lui que Jules Chambry qualifie de « film où l’irrationnel, le fantastique, l’absurde, ou encore la folie se mêlent » (www.lemagducine.fr). On ne rigolera peut-être pas du sort de ce jeune couple (Imogen Poots et Jesse Eisenberg) à la recherche de la maison de ses rêves, soudainement pris au piège dans un dédale conçu comme un vivarium.

Le NIFFF propose aussi débats, tous avec un intitulé anglais et généralement animés en anglais : New World of Fantasy, Gamification & Serious Games Symposium, et bien sûr le traditionnel symposium « Imagine the Future », qui existe depuis 15 ans et s’est imposé comme un laboratoire d’idées et de présentation des nouvelles technologies de l’image.

Même si le festival ne se réduit pas à cela, une partie du programme reste une « ode » à l’esthétique gore : à grand renfort de coulées et jets de sang, d’entrailles, de découpes humaines et animales, ces films rivalisent de réalisme (ou d’excès), avec des scènes explicites qui visent à inspirer le dégoût, la peur peut-être, mais aussi parfois le rire et le divertissement.  Comme par exemple la comédie d’horreur suisse « Das Höllentor von Zürich » (Cyril Oberholzer, 2018), portée par Shia LaBeouf et Lara Stoll, dont la main reste coincée dans la bonde d’une baignoire ! (photo)  Mais on nous promet également des films de fantômes, de maisons maudites, de troubles alimentaires, de skins repentis, de luttes et manigances politiques, de trafics d’organes…

Réparti dans 4 salles (et une place pour l’Open air en soirée), le NIFFF 2019 annonce 150 films et une foule d’événements et rencontres à des tarifs tout à fait raisonnables, puisque le Festival Pass ne coûte que 170 CHF.

 Suzanne Déglon Scholer

Publicités
Cet article a été publié dans Général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s